Proposition de loi contre les fausses informations: une nouvelle atteinte à la liberté d’expression

Une proposition de loi de la sénatrice UDI (Union des Démocrates Indépendant) Nathalie Goulet a été déposée au Sénat pour sanctionner les fausses informations. Pour le moment, elle n’a pas rendue publique mais si ce billet est diffusé sur les réseaux sociaux, ça risque de faire du bruit.

Des motifs très politiques

On ne peut qu’être inquiet des raisons qui ont poussé cette sénatrice à faire cette proposition de loi. D’après les motifs, cette proposition de loi a été déposée suite à l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis le 8 novembre 2016 et le référendum sur la sortie ou non du Royaume-Uni de l’Union européenne (dont l’activation de l’article 50 du traité de Maastricht a été faite le 29 mars dernier). Je passerai sur les débats en Allemagne dont je connais très peu les tenants et les aboutissants. On peut supposer que cela concernait l’immigration suite à la politique migratoire de Mme Merkel. Quoi qu’il en soit, Mme Goulet affirme que certains ont publié de fausses informations sur Internet. C’est sûrement vrai. Mais au regard des arguments posé, on peut douter que ce soit le cas.

Le web face à la censure

Nous sommes entrés dans une nouvelle phase pour le Web et Internet en général. Alors que la position officielle de la France est toujours la garantie de la liberté d’expression sur le Net, il semblerait que le vent tourne et certains au pouvoir aient décidé de passer à l’action de la censure. Ceci change considérablement la donne même si les modalités d’application restent très floues et semblent impossible à installer.

Le premier problème qui se pose est que est l’opposition entre blogueurs et journalistes. Or, on sait aujourd’hui que la presse est largement décrédibilisée aux yeux des citoyens. C’est pourquoi la consultation des blogs explosent car ils pensent trouver une information qui ne sera pas la même partout, du moins un point de vue différent. Cela ne veut pas forcément dire qu’ils seront d’accord avec tout ce qui est écrit sur Internet mais ils souhaitent trouver du pluralisme d’opinion pour alimenter le débat publique. Lors d’une dernière enquête publiée par le journal La Croix, 64 % des citoyens affirmaient que les journalistes étaient dépendant du pouvoir. Il y a une forte exigence du public à faire publier une information de qualité par les journaux.

Ce que l’on oublie de dire, c’est qu’un journal est une source particulière de l’information tout comme un blog. Pour avoir une information sure, le plus simple est de croiser les sources et se faire sa propre analyse après. Le jugement vient a posteriori et non a priori.

Le deuxième problème est la place prédominante de l’État. Il est à la fois juge et partie. Par le passé (mettons en garde tout de suite), seuls les régimes totalitaires ont contrôlé la liberté de la presse. Qui sera compétent pour juger de la pertinence des informations publiées ? Normalement, le citoyen est assez grand pour juger tout seul s’il sait l’interpréter et le mettre en relation avec les évènements qui se déroulent. Ceci n’est pas du ressort d’une instance particulière sous n’importe quelle forme.

Le troisième problème qui saute aux yeux est l’absence de restriction. Les débordements peuvent facilement arriver. Ceci implique la censure pour des raisons politiques et non professionnelles. On ne peut reprocher à quelqu’un de penser différemment de nous ou alors il faudrait que nous aussi pensions comme les autres sachant que nous serions les premier à refuser le changement d’opinion. La publication de fausses informations peut être volontaire ou involontaire. Mais il est aussi très facile de corriger ces mauvaises informations. Ce serait bien plus honnête intellectuellement.

C’est une chose de publier des informations justes ou fausses, c’en est une autre de les interpréter en fonction de ce que l’on pense. C’est justement ce dernier point qui permet le débat démocratique entre différents courants de pensée. On est ici dans le cadre du moral (bien, pas bien) et plus de la vérité (vrai, faux). Cette proposition de loi ne fait que donner un argument supplémentaire à ceux qui proclament que la liberté d’expression a diminué d’années en années. Et ce sont généralement les opposants au gouvernement actuel qui le dénoncent. Cette proposition de loi ne va que renforcer la méfiance des internautes envers le rôle de l’État sur le contrôle de l’Internet. Cela n’est pas bon pour les années à venir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *