Pourquoi archiver le web électoral ?

La campagne pour le premier tour de l’élection présidentielle s’achève se soir à minuit. Demain, les prétendants à la présidence de la République et les citoyens voteront pour celui qui dirigera leur pays pendant les cinq années à venir. Alors que les résultats apparaîtront à 19h00, une institution travaille dans l’ombre pour garder en mémoire cette campagne: la Bibliothèque nationale de France. L’une de ses missions est d’archiver le web depuis la loi DADVSI en 2006. Les élections françaises sont l’un de ses projets phares depuis une vingtaine d’années.

Qu’est-ce que l’archivage du web ?

Pour ceux qui ne le savent pas, depuis 1996, le Web est soumis à un important traitement par différentes institutions qui sont chargés de collecter les sites et de les classer. Pourquoi cette date ? Parce qu’un diplômé du MIT (Massachusetts Institute of Technology) Brewster Khale, inventa une machine capable de « moissonner » les sites web à l’aide d’un robot. Cette société se nomme Internet Archive. Petit à petit, cette idée fait son chemin. En France, l’Ina (Institut national de l’audiovisuel) et la BnF (Bibliothèque nationale de France) mènent des études sur le sujet à partir de 1998.

Si quelques-uns décident de sauvegarder le Web à long terme, c’est parce qu’il considère qu’il est d’une importance capitale pour l’époque dans laquelle nous vivons. Aujourd’hui, Internet a largement transformé notre mode de vie. Nos communications passent par les réseaux sociaux, les courriers électroniques. Nos modes de consommation changent: nous n’achètons plus seulement en magasin mais aussi en ligne. Les modes de publications sont concernés: l’explosion des blogs montre l’engouement des internautes pour la prise de parole en ligne et la diffusion. Les scientifiques postent aussi leurs articles et les blogs de recherche se multiplient.

Ainsi, Internet est considéré comme un patrimoine numérique. Cependant, il est fragile et c’est la raison principale des sauvegardes des sites internet. On sait que 70 % des pages ont une durée de vie inférieure ou égale à quatre mois. Soit, parce que la page a changé, soit elle a été supprimée, soit l’URL a été déplacée. Il n’est pas rare de voir sur vos moteurs de recherche la fameuse mention « erreur 404. La page que vous rechercher n’existe pas ». Par conséquent, deux institutions ont été choisies pour archiver le web: l’Ina et la BnF. L’Ina travaille sur les plateformes vidéos tandis que la BnF s’occupe des sites internet.

Le web électoral dans l’histoire politique française

La BnF a décidé de mettre en place trois méthodes de collecte des sites web. La première est une collecte large. Elle regroupe les sites du domaine national avec le .fr. Quant aux autres extensions, le site doit être hébergé en France. La deuxième est une collecte ciblée. Elle correspond à un type de site qui bénéficie d’une veille régulière par les services de la BnF. La troisième et dernière est une collecte thématique. Elle intervient à un instant T pour une durée limité dans le temps. L’exemple qui nous intéresse est l’élection présidentielle 2017.

Lorsque les historiens souhaiteront étudier notre époque, ils n’auront pas uniquement les archives papiers comme source. Ainsi, le Net peut fournir un important nombre de renseignements sur la vie d’une société. Pourquoi parle-t-on plus de certains thèmes sur les réseaux sociaux ? Quelles sont les raisons de cette hystérie lors d’un débat ? Comment communiquent les hommes politiques avec les citoyens ? Comment fabriquent-ils leur réputation ? Autant de question qui peuvent trouver autant de réponse en fonction de chaque candidat. Internet a transformé les relations entre les dirigeants et les dirigés. Le rapport de force existe toujours mais les citoyens sont capables de se faire entendre autrement que par les manifestions dans la rue.

La question politique de l’archivage des sites politiques

Peut-être que certains peuvent être gênés par ce projet. En effet, les sites laissent des traces. L’écrit se conservent plus longtemps dans le temps que la parole. On le sait bien. Ainsi, il est plus difficile pour une homme (ou une femme) politique de dire une chose et son contraire sans se faire remarquer. A cela s’ajoute, l’instrumentalisation politique de certaines techniques comme le droit à l’oubli. L’ancien premier ministre Manuel Valls en a fait les frais. Il a voulu supprimer certains tweets qu’il avait publié pendant la campagne présidentielle de 2012 sur les positions de M. Sarkozy au nom de ce droit à l’oubli. En réalité, il tenait les mêmes propos que l’ancien président une fois arrivé au ministère de l’Intérieur. Il n’avait pas voulu qu’on lui reproche de changer d’avis.

Le personnel qui archive le web n’a pas à se prononcer sur tel ou tel candidat, ou proposition. Néanmoins, son travail aide aussi le citoyen à mesurer la parole politique. Les archives sont utilisées comme des preuves pour afficher les revendications des uns et des autres. Il arrive parfois qu’un homme politique puisse changer d’avis à condition qu’il sache parfaitement expliquer pourquoi. Si ce n’est pas le cas alors cela peut être vu comme de la trahison ou/et de la lâcheté. Il convint donc aux intéressés de faire très attention à la cohérence entre ce qu’ils disent et ce qu’ils font.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *