Quelle angle d’attaque ? Quelle problématique ?

L’objectif d’un sujet de recherche dans le cadre du mémoire est de répondre à un problème qui n’a pas encore été traité jusque là par les cherches. De ce fait, il convint d’avoir correctement délimité le sujet tant par son objet à étudier que par ses limites dans le temps (chronologie) et dans l’espace (géographie).

L’archivage du web est un sujet complexe qui peut recouper plusieurs angles d’attaque. Le premier est l’angle technique. La dématérialisation a modifié les pratiques des différentes professions qui y sont touchés. On pense en particulier aux scientifiques, aux bibliothèques, aux archivistes, etc. Cette dissociation entre contenu et contenant a posé des problèmes technologiques avec la conservation des documents sur le long terme, des problèmes d’authenticités avec une possible baisse de valeur du document écrit. Le deuxième angle est l’angle du droit d’auteur. Plusieurs acteurs sont mis en place pour la dématérialisation du document: l’auteur lui-même, l’éditeur et la société qui numérise les livres. La question qui se pose est qui est légitime pour représenter le livre ? Cela modifie-t-il en longueur le droit français sur ce thème ? Le troisième angle possible est celui du rôle des institutions patrimoniales nationales et des échanges internationaux. S’agit-il seulement d’une échange de pratiques pour qu’elles soient normalisées après ou d’une confrontation entre Etats pour affirmer leur pouvoir sur le net ?

C’est sur cette dernière que je vais me placer. Les échanges internationaux sont l’occasion de rencontre entre les différentes institutions nationales au sein de consortia comme celui de l’IIPC (International Internet Preservation Consortium). Elles donnent lieu à des échanges de pratiques sur l’archivage qui sont ensuite normalisées. Mais elles peuvent être aussi le fait de défendre une vision bien particulière d’Internet et du web. Chaque institution représente une culture d’un pays bien précise. Les hommes sont parfois tentés de prendre le pas pour imposer leur propre vision des choses aux autres. Cette situation engendre son lot de polémiques et de débats qui divisent profondément les sociétés.

Dans le cadre de ce mémoire, le but n’est pas d’étudier le comment, le côté technique de l’archivage du web. De nombreux ouvrages et articles l’ont fait. La problématique est plus axée sur les raisons des réunions des institutions avec les enjeux que ça implique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *