Archives par mot-clé : Europe

Préserver l’Internet: entre diplomatie numérique et institutions patrimoniales (2003-2012)

Je publie ici le projet de recherche du mémoire qui a été validé par mon directeur.

Problématique

Les consortiums visant à organiser le web sont-ils des lieux d’échanges de pratiques, de recherche et d’élaboration des normes  ou des terrains de confrontation des diplomaties numériques ?

Approche du sujet

Dès sa création, le Web fait l’objet de réflexion sur sa pérennité et sa conservation à long terme. En 1996, Brewster Kale fonde Internet Archive dont l’objectif est de sauvegarder les sites qui sont publiés en ligne. Deux ans plus tard, les institutions françaises, l’Institut national de l’audiovisuel et la Bibliothèque nationale de France, mènent des études sur le sujet. Petit à petit, l’archivage du web prend de l’ampleur. Au début des années 2000, différentes problématiques naissent. D’abord, les publications en lignes explosent, notamment avec l’arrivée des blogs en 2006 et plus généralement du web 2.0. Ensuite, les technologies changent très vite, ce qui contraint les organismes à mettre en place des mises à jour régulières.

Enfin, la question de la gouvernance d’Internet se pose. Cela engendre de nombreux débats dans les pays concernés. En 2003, est créé l’International Internet Preservation Consortium (IIPC) dont le but est de veiller à l’application des normes techniques de l’archivage du web. En 2004, Google fait polémique avec ses méthodes de numérisation. Le débat sur le non-respect du droit d’auteur est lancé. Les bibliothécaires européens décident de se rassembler pour contrer l’avancée de Google en Europe et de fonder une bibliothèque numérique européenne. Le web et la numérisation deviennent des outils de puissance et de soft power.

L’objectif de ce mémoire sera donc d’étudier le Consortium International pour la Preservation de l’Internet et de montrer en quoi celui-ci est un exemple de soft power et d’échanges entre les différentes institutions.

Quelques points à prendre en compte: le titre et la chronologie ne sont pas gravés dans le marbre. Ils changeront au fur et à mesure des recherches.