Mes vœux pour les archivistes en 2017

Une nouvelle année commence déjà. 2016 est passée sans que l’on s’en aperçoive. Beaucoup de choses ont été faites pour le métier d’archivistes. Beaucoup d’autres sont encore à faire. En ce début de nouvelle année, je souhaite à tous les archivistes de meilleurs vœux pour 2017. Voici les souhaits que je souhaite voir réaliser. Ils se résument en trois grands axes: une meilleure reconnaissance du métier, la résolution des problèmes matériels et continuer les échanges dans les réseaux nationaux et internationaux.

Une meilleure reconnaissance du métier

 Nous le savons tous: le métier d’archiviste souffre d’une mauvaise image de la part du public et des collectivités. Certes, notre rôle est de leur expliquer l’intérêt de l’archivage de leur document pour le futur des administrations publiques. En effet, il est obligatoire pour elles de conserver leur document et de les verser dans les services compétents. Par exemple, les services de la ville doivent les verser aux archives municipales et c’est le maire qui est pénalement responsable de l’archivage des documents. De nombreux efforts sont mis en place dans les centre d’archives pour la médiation tant aux administrations qu’au public. Les administrations font parfois elles-mêmes la demande lors d’un déménagement de locaux pour voir ce qui est à jeter ou non. Mais les archivistes doivent leur expliquer que nous agissons dès la création du document. Avant de les classer, leur but est de faire un tableau de gestion qui recense les types de documents produits par le service et par domaine d’activité (administration, comptabilité, etc.). La démarche se fait auprès du personnel concerné. Il faut donc prendre contact avec eux pour leur donner des conseils en la matière et qu’ils nous donnent les bonnes informations. Après, les archives sont collectées, triées selon les règles en vigueur. L’archivage électronique est également à prendre en compte surtout depuis l’adoption de la loi Patrimoine qui introduit la notion de « données numériques » dans le Code du même nom.

Côté public, c’est plus l’image vieillotte des archives qui est à détruire. Cela peut se faire par des expositions qui mettent en valeur des documents d’une époque sur un thème précis. Les Pôles culturels permettent de montrer au grand public ce que nous faisons avec: pour la recherche historique. Les centres font aussi venir des classes. C’est l’occasion pour les élèves de voir un métier différent que ceux qu’ils ont l’habitude d’entendre. Les visites se font en fonction des programmes d’histoire par niveau. L’accueil du public se fait par le personnel compétent du service. Parfois, un enseignant peut être mis à disposition ou alors un guide-conférencier peut venir pour faire les visites.

Que peut-on souhaiter sur ce thème ? Que ce soient les collectivités et les personnes extérieures qui viennent à nous et non nous à eux. Bien sûr, cela ne se fera pas d’un coup de baguette magique. C’est un long travail de médiation auprès du public pour expliquer l’intérêt de notre métier. Les témoignages sont d’autant plus importants qu’ils font prendre conscience que l’archiviste aime son métier malgré les contraintes qui lui sont imposées. Avec la production en masse des documents en particulier pour le fonds contemporain, les collectivités ne peuvent pas faire l’impasse sur ce problème qu’est le manque de place dans les locaux. D’une façon ou d’une autre, ils seront obligé de le faire. Autant prendre les devants pour mener à bien notre mission.

Le règlement des problèmes des centres d’archives

La grande majorité des services connaissent des difficultés matérielles importantes. C’est un combat qui est à mener sur plusieurs fronts pour faire correctement notre travail. On peut énumérer les problèmes dans l’ordre suivant:

  • Le manque de place: indispensable pour conserver les documents. Il est parfois nécessaire de trouver de nouveaux locaux pour une durée à long terme.
  • Des bâtiments aux normes: contrairement à ce que l’on pourrait croire, les documents ne réunissent pas tous les mêmes conditions de conservations. La température, le taux d’humidité et de luminosité varient en fonction du support. Les centres d’archives contiennent des magasins mais ceux-ci doivent respecter les normes de conservation en vigueur, ce qui n’est pas toujours le cas. Les magasins doivent avoir les fils électriques découverts pour pouvoir intervenir rapidement en cas d’incendie.
  • Un matériel adéquat: les affiches à plat dans des tiroirs, de bonnes boîtes Cauchard. Cela aide à la conservation des documents. Sans compter un matériel informatique en bon état pour le récolement et mettre les données dans le logiciel.

Souhaitons que les collectivités aient conscience de ces problèmes auxquels nous sommes confrontés. Bien sûr, cela coûte cher mais une fois le travail bien fait, la satisfaction est au rendez-vous et l’investissement est positif pour le long terme. Le budget doit être réparti en fonction des moyens dont on a besoin.

Des échanges fructueux entre archivistes

2016 a aussi été marqué par plusieurs rencontre dans le monde professionnel des archivistes. En premier lieu, nous pourrions citer le Forum de l’Association des Archivistes Français à Troyes au mois de mars. Il s’agissait de présenter les différents thèmes d’actualité en matière d’archives. Le thème était « Les archives, culture de brouillon numérique » (1). Il s’agissait de présenter les principaux enjeux du numérique avec les archives. Bouleversant la donne de l’archivage, il change notre conception de la conservation marquée par la vision traditionnelle du document papier. Par des retours d’expériences ou d’exposés, les intervenants ont essayé de faire comprendre le lien entre les archives et le numérique. La seconde grande rencontre qui a eu lieu a été le Congrès international des Archives à Séoul (Corée du Sud) (2). Le thème était « Archives, Harmonie et Amitié ». Pour voir le programme de présentation des archivistes français présent: http://www.archivistes.org/IMG/pdf/extrait_seoul_aaf-news_118-v6.pdf . Les échanges entre les professionnels ont pour but de faire partager des expériences de pratiques archivistiques dans certains domaines. Ils peuvent inspirer des idées dans certaines institutions pour des problèmes précis. La force des uns peut diminuer la faiblesse des autres. Cela peut aussi permettre de faire le point sur les projets en cours et de corriger les erreurs qui se font. 

En bref, tout ce que l’on peut souhaiter dans le métier d’archiviste, c’est un meilleur épanouissement des professionnels qui rendent service à la population et à leur pays. La conservation des documents à long terme sert à préserver la mémoire d’une Nation. Souhaitons que les différents défis soient résolus étape par étape et que la prise de conscience sur l’importance de l’archivage se fasse de plus en plus grande. Bonne année à tous !


(1) Blog du forum: http://forum2016.archivistes.org/

(2) Site du Congrès (en français): http://www.ica2016.com/francais/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.