Quelles suites sur les soupçons de piratages contre la Russie ?

Une nouvelle note de la Central Intelligence Agency (CIA) a été publiée dans la presse dénonçant les ingérences russes en matière de piratage informatique contre les courriels de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton et de la propre boîte de l’ancienne candidate à la Maison Blanche. Les révélations faîtes par le site Wikileaks de Julien Assange auraient influencé le résultat des élections. Autrement dit, les Russes ont favorisé la montée de Donald Trump face à Hillary Clinton. A quelques jours de l’investiture du nouveau président, il se pose la question de savoir quelles seront les actions de Barack Obama et de son successeur. Les déclarations des deux intéressés peuvent nous donner une piste sur la suite des évènements.

 La faiblesse des rapports des agences

Le principal problème que l’on a de ces notes c’est qu’il n’y a pas de preuves tangibles sur ces piratages. Personne ne nie qu’ils ont eu lieu mais nous nous interrogeons toujours sur l’identité du hacker. En cela, la note des trois agences n’en dit rien. La difficulté principale après un piratage informatique c’est de pouvoir trouver l’identité du hacker. En règle générale, les services informatiques tracent l’adresse IP de l’ordinateur. Ainsi, ils peuvent relier cette adresse à un nom qui est probablement celui du coupable. Malheureusement, aucune information n’est divulguée sur ce sujet. Si la NSA, la CIA et le FBI sont si sûr de leur accusations, pourquoi ne révèlent-elles pas les identités des hackers ?

La deuxième preuve qui puisse être apportée est la manière dont les hackers ont agit. Les moyens sont nombreux. Cela peut passer par les plus classiques (un cheval de Troie par exemple) à des investigations plus sophistiquées. Par exemple, on peut se servir de l’ordinateur d’un autre pour éviter de se faire avoir. Ce n’est un secret pour personne. Les nouvelles technologies offrent de belles opportunités mais entre de mauvaises mains, elles peuvent se transformer en arme de destructions massives de données. Si Julien Assange n’avait rien révélé des courriels de John Podesta (directeur de l’équipe de campagne), alors peut-être que le résultat aurait été tout autre. Néanmoins, les Américains étaient déjà révoltés contre Mme Clinton. L’affaire des courriels les a juste renforcé dans leur opinion.

La question qui reste à résoudre est de savoir comment le fondateur de Wikileaks a obtenu ces informations. A-t-il piraté les adresses électroniques lui-même ou est-il passé par un complice ? Il faut savoir que M. Assange est toujours au Venezuela dans l’ambassade pour éviter d’être extrader. S’il a fait lui-même le piratage, cela révèle alors la grosse lacune de sécurité sur les serveurs des Américains.

Quelles représailles de Barack Obama ?

Interrogé sur France 24, l’expert en cybersécurité Gilles Billois présente la situation du piratage des courriels des dirigeants démocrates. Il émet les différentes hypothèses des possibles représailles que Barack Obama pourrait faire en quelques jours:

 

Source: France 24

Ces accusations feront surement long feu au vu de ce qui va se passer les prochains jours. Déjà Donald Trump s’est montré sceptique sur les accusations du renseignement américain. Il a publiquement désavoué la CIA. Le 20 janvier, il sera investit président des Etats-Unis et fera en sorte de rapprocher les deux pays. Mais il est aussi possible que l’opposition démocrate s’empare de ce sujet pour l’en empêcher avec de fortes campagnes médiatiques, bien qu’ils n’aient pas la majorité dans les deux chambres (le Congrès et le Sénat).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.