Les réseaux sociaux sont-ils un danger pour la démocratie ?

Les polémiques sur les réseaux sociaux sont légions. Ce n’est pas la première fois qu’ils font l’objet de dénonciation. Après l’élection de Donald Trump et le Brexit (sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne), ils sont accusés de favoriser la désinformation et d’influencer les scrutins en cours dans les différents pays. Accusé d’avoir favorisé l’élection de M. Trump à la Maison Blanche, Facebook a annoncé toute une série de mesures contre la désinformation (1). Mais en regardant bien les détails de cette histoire, les raisons de ces accusations sont plus que douteuses et on peut y voir une marche en avant vers la censure.

Pourquoi les raisons des attaques sont douteuses ?

La première salve est partie du journal Le Monde. Dans un article daté du 11 novembre 2016 (2), le journal s’interroge tout simplement si le réseaux social n’enferme pas les citoyens dans leur bulle. Certes, plusieurs membres du réseau social peuvent se retrouver entre eux pour savoir ce qu’ils pensent d’un sujet d’actualité. Parfois, il arrive qu’ils tombent d’accord sur la position à prendre. Juste là, rien de grave. Mais rien ne les oblige à débattre avec leurs opposants surtout si ces derniers ne veulent pas le faire. Quand on voit le flot d’insulte dans les commentaires, on se dit qu’il fait plutôt de bon de s’y tenir à l’écart.

Presque simultanément, l’ancien président des Etats-Unis Barack Obama a repris cette accusation dénonçant les « fausses informations » sur Facebook (3). Les accusations sont plus politiques qu’informationnelles. Le réseau est soupçonné d’avoir favorisé l’élection de Donald Trump. Or, il n’est qu’un moyen qui permet à des millions de personnes de se prononcer sur un thème donné. Dans le cadre de la campagne, nous avons pu voir autant de prise de position en faveur de Mme Clinton que de M. Trump. Rien n’a été épargné aux deux candidats surtout quand leurs scandales ont éclaté. Peut-être que si Facebook a influencé le débat, c’est en diffusant massivement les scandales à répétition et en les mettant en contradiction avec les discours dans les meetings.

En réalité, il faut chercher les raisons de ces accusations ailleurs. Outre les problèmes politiques que subissent les dirigeants, la presse est souvent pointée du doigt pour son mauvais travail d’information. Sur les gros dossiers notamment économiques, géopolitiques et sociétaux les médias traditionnels (journaux, radio, télévision) sont accusés de faire de la propagande et non ce que l’on attend d’eux. A cela s’ajoute le fait que le Web permet aux citoyens qui ne se sentent pas représentés par la presse d’exprimer leur opinion au travers des blogs. Le Web 2.0 a changé la donne puisque désormais les citoyens ne lisent plus seulement l’actualité avec les journaux mais aussi en s’informant ailleurs. La crainte qui a été posée par Le Monde est surtout celle d’une perte de vitesse à l’heure où les médias sont décrédibilisés. 

Les réseaux, une source d’information parmi d’autres

Comme il a été dit plus haut, l’arrivée des blogs et des réseaux sociaux (Facebook, Twitter) a changé la donne de la diffusion de l’information pour les utilisateurs. Désormais, les citoyens ne sont plus seulement des consommateurs où ils s’abonnaient à un journal papier. Leur présence sur Internet leur permet de donner eux aussi une opinion sur un évènement rapporté. En fonction de leur évolution, ils interprètent les faits en fonction de leur propre point de vue. Parfois, ils sont raison, d’autre fois non. Les journaux ne sont plus les seuls moyens d’information, même s’ils conservent encore un pouvoir d’influence.

Au-delà de ces problèmes de contenants, c’est surtout le contenu de l’information qui est à analyser. La question principale tourne dans la tête des principaux médias: faut-il censurer des informations circulant sur les réseaux ? L’intention affichée sur la lutte contre la désinformation est celle qui prévaut mais il serait très maladroit voire cynique de le faire actuellement car la presse est (je le rappelle) souvent pointée du doigt pour faire de la propagande et non des reportages sur une situation donnée. En ces temps de défiance médiatique comme politique, cela ne ferait que renforcer les soupçons de ceux qui dénoncent les atteintes à la liberté d’expression. Le délit d’entrave numérique sur l’avortement en est un bon exemple. Si l’on décide de sanctionner certains sites alors cela signifie que leurs opposants n’ont plus d’argument à avancer. Nous ne sommes donc plus dans l’ordre du débat démocratique mais de la censure pure et dure.

Si l’on veut vérifier une information, il ne faut pas cependant prendre tout comme argent comptant sur les réseaux sociaux. C’est la tendance actuelle mais il faut éviter de tomber dans ce piège. « Puisque les médias font de la propagande, nous nous disons la vérité ». En réalité, dans le monde de la communication, tout n’est pas blanc ou noir. Il y a un peu des deux. Le plus gros concerne les conflits mondiaux. Sur le dossier syrien par exemple, nommer les opposants à Bachar El Assad « rebelles » ou « djihadistes » n’aura pas la même influence sur l’opinion publique. Ce qu’il faut surtout c’est avoir au moins trois sources d’information pour vérifier si ce que l’on dit est vrai ou non. Si les données sont contradictoires alors il est préférable de ne pas réagir à chaud mais de prendre du recul pour éviter la décrédibilisation à moins de reconnaître ses erreurs. En bref, c’est un travail de fond qui incombe aux utilisateurs d’Internet et aux journalistes. 

Il faut bien garder à l’esprit que les réseaux et les sites internet ne sont qu’un outil. Il est donc indispensable de séparer le contenant et le contenu. Ce sont les bases philosophiques d’Internet quand elle a été créée. La censure a toujours existé dans l’histoire des communications. Elle est toujours dénoncée en temps de crise de confiance dans les pouvoirs publics et médiatiques. La seule attitude qu’il vaille dans cette situation est de laisser chaque citoyen se faire sa propre opinion afin de favoriser le débat démocratique. Cela évitera toute hystérie et redonnera confiance au citoyen dans leurs médias.


(1) http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/12/16/facebook-annonce-une-serie-de-mesures-pour-lutter-contre-les-fausses-informations_5049975_4408996.html

(2) http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2016/11/01/facebook-faux-ami-de-la-democratie_5023701_3236.html (article pour abonnés)

(3) http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/11/14/32001-20161114ARTFIG00138-apres-l-election-de-donald-trump-facebook-accuse-de-propager-de-fausses-informations.php


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.