Compte rendu de la XVème Journée d’étude archivistique de l’Université d’Angers

Ce vendredi 3 février 2017 se tenait la XVème Journée d’étude archivistique de l’Université d’Angers. Organisée par les étudiants du Master 2 Histoire et Document parcours Métiers des Archives, elle s’orientait sur le thème « la recherche en archivistique: qu’en est-il aujourd’hui ? » L’objectif était donc d’entrevoir la place de la recherche chez les professionnels en archivistique. Plusieurs points ont été abordés pour essayer de répondre à cette question. 

Comme son nom l’indique, une Journée d’étude est une invention qui rassemble plusieurs intervenants faisant un exposé d’une vingtaine de minutes sur le thème choisi. A l’Université d’Angers et dans le cadre du Master 2 Archives, les étudiants sont missionnés pour le préparer. Si le thème général est imposé par le responsable de la formation, ils sont libres de le décliner en plusieurs points comme ils l’entendent. A eux ensuite de contacter les personnes qui doivent venir. La journée s’est déroulée en trois séances de la manière suivante:

Séance 1: la recherche en archivistique dans le monde universitaire.

Elle a vu le point de vue des étudiants, des diplômés, des doctorants et docteurs ainsi que des enseignants-chercheurs sur la recherche à propos de l’objet qu’est l’archive. Ont été présentés les modalités et les difficultés de cette discipline considérée comme annexe à l’Histoire mais aussi en raison du travail professionnel de classement des documents qui prennent du temps. 

La tendance générale était que la recherche devait prendre une place importante mais pas forcément être l’alpha et l’oméga de la formation en archivistique. La priorité restait surtout à l’enseignement de la règle des 4C (collecte, classement, conservation et communication) et l’évolution des archives avec le numérique.

Séance 2: la transdisciplinarité dans la recherche archivistique.

Il s’agissait de voir quels sont les liens que l’on pouvait faire entre l’archivistique et les autres disciplines. On a constaté que des emprunts pouvaient être fait en Histoire et en Sociologie sur la question des méthodes (critique du document, enquêtes de terrain). Parallèlement, le numérique pouvait servir pour l’exposition de documents sur un personnage ou un projet nommé. Malgré les polémiques sur Google par exemple, la numérisation peut être un moyen à la mise en valeur du document d’archives. Un lien a été établi avec la bibliothéconomie qui a du mal à faire valoir son autonomie en la matière.

D’une façon générale, il a été admis que ce qui importait n’était pas les méthodes mais particulièrement les différents thème sur l’objet d’étude qu’est « l’archive ». L’histoire des archives et des pratiques archivistiques sort gagnant des thèmes étudiés. Dans le Maine et Loire, beaucoup de sujets concernent les archives pendant la Révolution française (notamment les destructions liées au combat pendant la Guerre de Vendée). Certains ont opté pour un sujet plus culturel comme l’image des archives dans les films ou les bandes dessinées. Sans forcément le savoir, les producteurs et les réalisateurs émettent influencent la perception du métier d’archiviste chez leurs contemporains car ils ne connaissent que ce qu’ils voient à la télévision ou au cinéma. 

Séance 3: l’impact de la recherche dans le monde professionnel (et vice-versa).

C’est en effet l’une des questions qui se pose en raison de la pratique archivistique qui est très encadrée. En France, il est impossible de rester en dehors des circulaires qui sont publiées par le SIAF (Service Interministériel des Archives de France).  Un débat a été entamée pour savoir s’il y avait une distinction à faire entre science fondamentale (recherche théorique à l’image des historiens ou des sociologues) et recherche appliquée. Le représentent du Conseil des Supérieur des Archives, M. David Leitch regrettait la faiblesse des études sur les services mêmes d’archives pour évaluer leur qualité et leur permettre de s’améliorer. Selon lui, seule la Finlande fait ce travail en Europe. En France, la Cour des Comptes vient de publier son rapport sur l’état des Archives nationales.

Conclusions de la Journée

C’est M. Patrice Marcilloux, maître de conférence à l’Université d’Angers qui a conclut cette journée. Outre les traditionnels remerciements aux organisateurs, intervenants et partenaires, il a dressé trois axes pour faire le point sur la recherche dans notre métier. Il y a une envie de recherche dans l’archivistique, même si le bilan est plus mitigé. Selon lui, cela signifie que la recherche en archivistique s’affirme de plus en plus. Reste à savoir ce qu’il en adviendra les dix années à venir. Malgré cela, il reste quelques obstacles face à l’autonomisation de l’archivistique par rapport à l’Histoire et aux Sciences de l’Information. Aujourd’hui encore certains se demandent si l’archivistique est une science. Enfin, la recherche peut avoir un autre aspect qui est d’interroger les pratiques des services d’archives pour mieux les évaluer. Quoi qu’il en soit, il sera intéressant de regarder l’évolution de la recherche pendant les années à venir pour en faire un bilan plus exhaustif.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.