Cyberguerre Etats Unis-Russie: à quoi faut-il s’attendre ?

Suite à une note de la CIA (Central Intelligence Agency) par le Washington Post (1), le président Barack Obama a annoncé des représailles contre la Russie. De quoi s’agit-il ? La CIA a accusé les Russes d’avoir hacké les courriels des partis démocrates et républicains et ont influencé l’élection américaine en faveur de Donald Trump. Cette annonce a fait grand bruit car la question qui se pose est de savoir à quel point ils auraient interféré dans les affaires américaines. On peut dire qu’une cyberguerre est déclaré entre les deux puissances. Pour autant, cela mérite-t-il une telle hystérie de la part des dirigeants occidentaux ?

Une hystérie médiatique justifiée ?

On peut être un peu étonné par le grand radam médiatique autour de cette affaire d’espionnage. Certes, les Américains sont dans un moment important car ils choisissent le nouveau président de leur pays. Mais au fond, était-ce bien nécessaire d’en faire tout un scandale ?

Depuis son apparition, le numérique a été instrumentalisé par les différentes puissances qui veulent imposer leur vision du monde à tous. Il ne faut pas oublier que le premier ordinateur a été inventé pour décrypter les codes allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale. Le rôle de l’information a été un point clé dans le débarquement allié. C’est grâce à la diversion au Pas de Calais qu’il a réussi. Aujourd’hui, nous sommes dans un tout autre contexte, celui de la rivalité entre deux blocs: l’un américain, l’autre russe avec chacun leurs stratégies et leurs alliés. A coup de diplomatie et de force armée, les deux ennemis s’accaparent les principales richesses de la planète. Cela dure depuis la Guerre froide. La fin du bloc communiste en 1991 a engendré une recrudescence rapide du bloc occidental. Mais ce dernier est contesté. La haine entre les deux camps est telle que l’on rivalise d’estoc et de taille à coup de médias interposé et d’agence de propagande. Plus généralement, les conflits sont surtout une guerre de l’information. Il faut donc être très prudent quand on suite de gros dossier comme la guerre au Moyen-Orient et en Ukraine. L’information permet aux dirigeants politiques et aux citoyens de prendre une décision qui influencera le cours des évènements. Cela peut aller du meilleur comme au pire.

Après ce bref rappel historique et géopolitique, entrons dans le vif du sujet. L’hystérie médiatique peut se comprendre par l’ampleur du piratage informatique. Faisons un petit retour en arrière: pendant la campagne présidentielle, le site Wikileaks publie une série de courriels provenant du camp démocrate et en particulier du directeur de campagne d’Hillary Clinton, John Podesta. On découvre des pratiques frauduleuses concernant la Fondation Clinton dans sa manière de gagner de l’argent. En fait, la question qui se pose est de savoir comment Julien Assange les a eu. Pour autant, ce n’est pas la première fois que des piratages ont lieu. Souvenez-vous de l’affaire Edward Snowden. Cet ancien agent de la CIA a révélé le vaste programme d’espionnage de la NASA. Il ne concernait pas seulement les ennemis des États-Unis mais aussi ses supposés alliés. Le président de la République française François Hollande avait lui-même demandé des explications. Mais nous le savons très bien: nous aussi nous espionnons les Américains. Certes, sûrement pas avec les mêmes moyens qu’eux car ils en ont beaucoup plus en matière d’informatique.

Cette hystérie politico-médiatique est parfaitement orchestrée, en réalité, par nos dirigeants parce qu’ils étaient en train de perdre la main sur les différents dossiers qui les opposent à la Russie. En Syrie, Bachar El Assad a réussi à reprendre Alep face aux djihadistes d’Al Nosra. En Ukraine, on découvre les atrocités commises par les soldats du régime ukrainien. Le problème c’est qu’ils réagissent avec l’émotion du moment et pas avec réalisme politique. Cette attitude peut être dangereuse pour la suite des évènements car n’importe quel faux pas peut engendrer une guerre, à moins que ce soit ce qu’ils veulent. Dans les deux cas, c’est très grave. Barack Obama, avant d’annoncer des représailles, doit d’abord faire une enquête. Nous ignorons tout sur l’identité des hackers. La CIA n’a pas fini ses investigations.

La question des moyens de riposte

Si les États-Unis ne veulent pas perdre la face aux yeux du monde, ils doivent avant tout connaître la vraie identité des pirates. Sur beaucoup de dossiers de politique étrangère, elle s’est énormément trompée et jamais elle n’a voulu reconnaître ses torts. Cela passe donc par une enquête bien rigoureuse qui permettra de remonter la piste jusqu’à ceux qui ont piraté les comptes des partis politiques. Car ce qui inquiète, c’est que d’après les informations données par les médias américains, les deux camps auraient été piratés mais seul le parti démocrate a vu ses courriels transmis au site de Julien Assange Wikileaks. L’enquête doit donc précisément déterminer ceci:

  • Quels sont les données concernées par le piratage ?
  • Quels sont les moyens utilisés par les hackers ?
  • A qui cela a – t – il été transmis ?
  • Y a – t – il eu des ordres données pour  le faire ? Cette dernière question risque d’être sans réponse car aucun dirigeant politique ne voudra avouer son ingérence. Pourtant, ce n’est un secret pour personne. Chaque pays du monde soutien avec les moyens qui lui incombent le candidat qui sera le plus proche de ses intérêts géostratégiques.

Une fois l’enquête faite, on peut donc passer aux éléments de réponse que l’on peut apporter. Soit, on décide de convoquer l’ambassadeur russe ou le dirigeant mis en cause (ici Vladimir Poutine), soit (s’il est vraiment acquis que les Russes ont été à l’origine de ce piratage) l’administration Obama passe à l’action. Comme le président l’a déclaré:

Certaines décisions seront publiques, d’autres le ne seront pas. (2)

Il reste alors à savoir quelles sont les cibles des États-Unis. Seront-ce les comptes des dirigeants russes ?

Le rôle de l’Union européenne dans cette cyberguerre

L’OTAN va-t-elle suivre les États-Unis dans ses opérations de riposte. A première vue, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord n’est qu’une organisation militaire dont le but officiel est de défendre les intérêts des différents pays qui y sont membres. Officieusement, nous savons maintenant qu’elle sert d’appui aux États-Unis pour mener des campagnes militaires dans les zones où ils n’auraient ni les moyens, ni les droits d’intervention requis par les traités internationaux. En cas d’agression par un ennemi de l’un des pays membre, l’article 5 de ce traité prévoit qu’en cas d’agression d’un pays membres, tous les autres doivent le secourir.

Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations Unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d’accord avec les autres parties, telle action qu’elle jugera nécessaire, y compris l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord.

Toute attaque armée de cette nature et toute mesure prise en conséquence seront immédiatement portées à la connaissance du Conseil de Sécurité. Ces mesures prendront fin quand le Conseil de Sécurité aura pris les mesures nécessaires pour rétablir et maintenir la paix et la sécurité internationales. (article 5) (3)

Mais cette mesure est valable uniquement en cas d’attaque militaire, pas avec les moyens numériques de chaque pays. Il est donc probable que les États-Unis feront cavalier seul dans ce contexte.

Toutefois, l’Union européenne peut décider de ne pas rester inactive face à ça. Récemment, elle a essayé de d’alerter les citoyens européens sur la propagande russe par l’intermédiaire de deux agences: Russia Today et Sputnik (4). Si elle n’intervient pas de manière directe avec les États-Unis, elle peut probablement agir sur sa zone d’influence par la diffusion d’informations et (pourquoi pas) par la censure de certaines. Mais d’ici là, tous les pays membres de l’UE doivent se mettre d’accord sur les moyens à se mettre en place et ça risque de prendre du temps. Au surplus, certains pays n’ont peut-être aucun intérêt à entrer dans cette cyberguerre au risque de nuire à leurs intérêts économiques vis à vis de la Russie. Les deux vont souvent de pair.

Cette affaire est à suivre avec la plus grande attention. De gros changements peuvent être apportés en terme de diffusion sur les réseaux sociaux et plus généralement sur Internet. Reste à savoir si cela n’était que de la communication ou les États-Unis et leurs alliés rentreront vraiment en action contre la Russie. Le temps joue contre Barack Obama car l’arrivée de Donald Trump au pouvoir peut changer la donne, lui qui souhaite normaliser les relations entre les deux pays. La prudence doit rester de mise pour éviter tout mauvais pas qui pourrait encore plus menacer la paix mondiale.


(1) Source: https://www.washingtonpost.com/world/national-security/obama-orders-review-of-russian-hacking-during-presidential-campaign/2016/12/09/31d6b300-be2a-11e6-94ac-3d324840106c_story.html?hpid=hp_hp-top-table-main_russiahack-745p%3Ahomepage%2Fstory&utm_term=.f72865044413

(2) Source: http://www.liberation.fr/planete/2016/12/16/piratage-informatique-la-maison-blanche-accuse-poutine-obama-annonce-des-represailles_1535680

(3) Source: Traité de Washington de 1949

(4) Source: http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/20161010IPR46530/prendre-conscience-de-la-propagande-russe-et-de-celle-de-daech


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.